Un peu d’érotisme, ça ne peut pas vous faire de mal !
Aleeka vous propose une série de textes hot et sexy destinés à vous débrider. Vous avez le droit de fantasmer, de vous identifier aux héroïnes ou héros de ces fictions coquines. Laissez-vous tenter… laissez-vous guider, laissez-vous aller… et goûtez sans modération aux lectures sucrées proposées par Coach Love.
Bintou a fait son choix. Elle a décidé de suivre ses envies en vivant une expérience hors du commun. Mais sait-elle vraiment dans quoi elle s’est engagée?
La respiration d’Antony en disait long sur son état d’excitation. Il regardait les deux jeunes femmes avec un désir difficile à dissimuler. Chacune l’excitait d’une manière différente. La blonde avait de beaux yeux bleus et une peau mate. Il trouvait d’ailleurs qu’elle avait l’allure d’une surfeuse. Ce qu’il aimait chez elle, même s’il la connaissait peu, c’était son audace et ses prises d’initiatives. Ajouté à cela, ses seins fermes, très agréables à peloter. Pour Bintou, c’était autre chose qui lui plaisait. Il appréciait ses formes plantureuses et sa bouche pulpeuse. Mais ce qu’il aimait surtout était la douceur de sa peau. Et puis, il trouvait son air timide et fragile attendrissants, cela lui donnait l’impression d’être plus viril. Quoiqu’il en soit, l’idée de les avoir exclusivement pour lui seul faisait durcir de plus en plus, son sexe.
Le trio se trouvait toujours à l’entrée, un peu hébété par le fait de se lancer dans une expérience hors-norme ensemble. La blonde prit subitement la main de Bintou pour l’emmener dans le salon en lui disant gentiment qu’elles seraient bien plus à l’aise ailleurs dans l’appartement. Antony, n’avait qu’à suivre. Mais il ne suivit pas.
Les deux jeunes femmes quittèrent l’entrée pour se rendre dans le salon. C’était une grande pièce avec peu de meubles. Il s’y trouvait une grande table design avec 6 chaises autour, un écran plasma au mur, un canapé d’angle, une table basse très large sur laquelle étaient disposés des magazines et un énorme tapis aux couleurs sombres pour délimiter l’espace entre le salon et la salle à manger. Il y avait peu de lumière dans cette pièce. Cela arrangea Bintou qui pensa que le fait d’être dans la pénombre serait plus facile pour assumer tout ce qu’ils s’apprêtaient à faire de coquin. La jeune femme avait fait asseoir Bintou sur le canapé et s’était ensuite positionnée à ses côtés. “Tu es vraiment très belle” lui dit-elle d’une voix douce. Bintou esquissa un sourire qui parut malgré elle forcé. “Merci” lança-t-elle en roulant un peu les yeux. “Je m’appelle Sandra” reprit la jeune femme, ” je pense que ça peut détendre l’atmosphère que tu saches comment je m’appelle. Toi c’est bien Bintou, c’est ça?”. Elle semblait très à l’aise et parlait avec assurance. “C’est ta première fois, hein?” reprit-elle calmement, “Ça se voit. Tu as vraiment l’air tendue, je me trompe?” pour répondre, Bintou secoua la tête pour lui signifier qu’elle avait raison en tentant de rester calme. Mais elle peinait à cacher son état. En réalité, elle était en panique. Son cœur battait la chamade depuis que Sandra lui avait pris la main dans l’entrée et à plusieurs reprises elle dut de raisonner pour ne pas prendre ses jambes à son cou. Qu’était-elle sensée faire? Mais que fait-on dans ce genre de situation? Qui commence? Elle se mit à regarder plus attentivement Sandra malgré la pénombre. Elle la trouvait plutôt jolie, avec une petite poitrine qui ressemblait à deux pommes… juteuses? Bintou fut surprise de penser ainsi. Se pouvait-il que Sandra lui plaise ? Était-ce son genre de filles? Allait-elle devoir l’embrasser? Lui sucer les tétons? L’abricot? A dire vrai, elle ne s’en sentait pas capable et n’en avait pas particulièrement envie. Ce n’était pas, semblait-il le cas de Sandra, qui tenta une approche acquise pour subtile, en lui parlant à l’oreille.
De son côté, Antony était resté à l’entrée la main dans le caleçon. Il se caressait doucement et se félicitait de son initiative : inviter chez lui deux superbes demoiselles encore inconnues quelques heures auparavant. Il se mit à remercier les technologies numériques et leurs flots d’applications thématiques qui permettaient de rencontrer des femmes belles et fraîches sans même sortir de son appartement. C’était la première fois qu’il invitait deux personnes pour un plan à 3. Il ne les avait même pas prévenu, ayant préféré jouer la carte du culot. Et, cela avait fonctionné. Le chanceux! Il se mit à sourire tout seul et quitta l’entrée pour rejoindre les filles au salon. Lorsqu’il entra dans la pièce, Bintou et Sandra s’embrassaient avec fougue. Bintou ne comprenait toujours pas comment Sandra avait réussi à la mettre suffisamment en confiance pour pouvoir glisser sa langue dans sa bouche. Elle ne trouvait pas cela désagréable bien au contraire. Lorsqu’elle fermait les yeux, elle avait presque l’impression d’embrasser un homme. En plus de la bécoter, Sandra commença à la caresser délicatement. Elle débuta par la joue, glissa vers le cou, puis s’arrêta au niveau de la poitrine de Bintou qui sursauta. Mais Sandra persista et fit doucement passer sa main sous son pull moulant. Les caresses prodiguées surprirent Bintou, qui trouvait cela bien agréable. Mais pourquoi devait-il en être autrement? Finalement, c’était son corps qui réagissait. Contre toute attente, le fait que ce soit une femme, l’excita davantage. Elle sentait une chaleur agréable et perceptible, occuper progressivement son bas ventre. Pour autant, elle n’osait pas ouvrir les yeux de peur de ne plus être excitée, à la vue de Sandra.
Antony avait avancé vers elles sans faire de bruit. Il ne voulait pas les déranger et voulait surtout garder sa position de voyeur le plus longtemps possible sans qu’elles ne le sachent. Mais au bout de quelques secondes alors qu’il se caressait fermement, il se mit à respirer de manière peu discrète. C’est à ce moment là que les filles remarquèrent sa présence. Elle cessèrent de s’embrasser pour le regarder se branler. Il fut très ému par ce soudain intérêt et crut pendant un instant que sa verge allait exploser dans sa main tellement il était excité. Il se branla plus fort et plus vite. Puisqu’il avait une audience, il lui fallait s’appliquer. Peu de temps après, Sandra s’était levée avec sensualité pour avancer vers lui à la manière d’un félin. Elle posa un baiser sur la bouche d’Antony puis se baissa en direction de son beau sexe dur et circoncis afin de l’engloutir sans crier gare. Antony poussa un cri étouffé de plaisir.
Bintou était restée sur le canapé et ne savait pas quoi faire. Antony savourait la fellation offerte par Sandra. Il avait posé une main sur sa tête pour accompagner le mouvement imposé, et poussait à chaque fois de légers gémissements de plaisir. Et pourtant, il voulait plus, il voulait sentir plusieurs corps, toucher sans pouvoir définir ce qu’il touchait, s’oublier dans la chair et ressentir ce qu’il n’avait jamais ressenti…
“Viens Bintou” susurra-t-il entre deux gémissements. Elle s’exécuta sur le champs. “Viens que je te fasse du bien” reprit-il. A ce moment-là, tout alla très vite. Ils se retrouvèrent tous les trois allongés sur le tapis, Antony était sur le dos avec Bintou positionnée à genoux au-dessus de sa tête. Il portait à la bouche, le con de Bintou qui se tortillait de plaisir. Sandra quant à elle n’était pas stimulée mais avait à la bouche, depuis plusieurs minutes déjà, la verge en érection d’Antony. Il était très dur et gémissait bruyamment. Elle sentit le moment propice pour enfourcher l’engin. Tout en continuant à l’astiquer, mais cette fois d’une seule main, elle leva la tête pour prendre sur la table un préservatif, dissimulé sous un magazine. Elle fit preuve d’une grande dextérité car Antony ne sentit rien de ce qu’elle faisait. Il était bien trop occupé à faire couiner Bintou avec des coups de langue bien placés. Alors qu’il  se délectait de la sève de Bintou, Sandra le chevaucha. Il fut tellement surpris par le plaisir qui émana de son sexe qu’il poussa un cri très aigu. Si aigu que Bintou, surprise, s’arrêta de gémir. Sandra ondulait doucement. Elle était suffisamment lubrifiée pour accueillir le gros sexe bien raide d’Antony.  Elle se mit à son tour à gémir, “Mmmm, c’est bon”. Bintou, comprit l’enjeu! C’était chacun pour soi. Et pour cette première fois, elle ne voulait pas rester sur le carreau. Il était bien connu que les hommes avaient des difficultés à faire plusieurs choses à la fois. Elle décida alors de prendre les choses en main en frottant plus vigoureusement son abricot sur la bouche d’Antony, tout en lui pinçant les tétons. Antony était aux anges, mais se sentait tout de même débordé, par tous ces plaisirs simultanés. Il soupirai très fort et cela conforta les filles dans leurs actions. Sandra accéléra la cadence, elle chevauchait plus vite en donnant des coups de rein bien secs. Antony gémissait plus vite et plus fort, pendant que Bintou intensifiait encore et encore ses mouvements. Les jeunes femmes s’accordaient parfaitement dans leurs recherches respectives de plaisir. Subitement, il se mit à pousser un cri rauque et puissant, et finit par hoqueter sans pouvoir se contrôler. Sandra avait compris ce qui venait de se passer. Elle arrêta de bouger en tirant la gueule. “Bintou!!” lança-t-elle “Arrête de bouger… Il a déjà joui” finit-elle par dire en se levant doucement. “Quoi ? S’exclama Bintou “Déjà? T’es sûre? ” “Bah oui, regarde-le…” reprit Sandra dépitée. Antony était inerte sur le dos la main sur son sexe rabougri. A son tour, Bintou se leva, déçue. C’était déjà fini. Son 1er plan à 3 avait duré moins longtemps qu’un épisode de sa série préférée Insecure.