Ousmane Sow sculpteur sénégalais dont le travail connu à l’international est décédé ce jeudi 1er décembre à l’âge de 81 ans. Son travail célébrait les tribus africaines à travers les icones historiques telles que Mandela ou Martin Luther King.

Dans une déclaration, le président sénégalais Macky Sall a attribué à Ousmane Sow la production de « personnages et de scènes qui témoignent de la longue histoire de l’Afrique, de son identité et de ses relations avec le reste du monde ».

Né à Dakar en 1935, Ousmane Sow s’installe à Paris sans un sou en poche suite à la mort de son père, selon une biographie sur son site. Il a d’abord été  formé comme un physiothérapeute avant de se consacrer pleinement à la sculpture à 50 ans.

La première exposition qui l’a révélé est celle de Dakar en 1987 au Centre Culturel Français. Ses sculptures représentant des formes humaines laissant découvrir des représentations dramatiques ont un réel succès et font grandir sa renommée.

C’est en 1999 que je le découvre à Paris. L’exposition du Pont des Arts. C’était ma première exposition. Des formes et silhoutettes, des géants sculptés représentant des tribus africaines (maassaï, nouba, zulus,peulhs…) et amérindiennes. Près de 70 oeuvres, 70 géants sur le Pont des Arts.

Premier africain admis à l’Académie des Beaux Arts en 2013, il ne cessera de se battre pour faire connaitre et promouvoir la culture africaine dans le monde.

Un guerrier s’est éteint, le village est en deuil. Ses œuvres marqueront son passage, digne d’un combattant pour la reconnaissance de nos peuples.

Crédit photos internet