En Afrique, il est courant de voir une grand-mère ou un tonton réunir les enfants de la maison pour leur conter des mythes ou des histoires. Les contes et les légendes y sont délivrés oralement, la littérature orale est un art à part entière depuis la nuit des temps.

A l’époque, l’écriture était inexistante, les griots avaient le devoir de mémoire et de transmission, ils étaient les garant de la tradition et du maintien de l’harmonie au sein des familles. Je suis fascinée par cet art traditionnel et toute ces histoires qui en ressortent.

Aujourd’hui nous avons aussi la chance de pouvoir lire et découvrir toute ces histoires. A défaut de vous présenter un griot ou une tantine pour vous les conter, je vous partage 2 de mes contes préférés pleins de sagesse, de bravoure et de morale. A lire et à raconter…

SOUNDJATA OU L’EPOPEE MANDING

écrit par Djibril Tamsir Niane, Présence AFRICAINE – 6,20€

soundjata-ou-l-epopee-mandingue

Djibril Tamsir Niane s’est mis ici à l’écoute de l’Afrique traditionnelle. Les paroles qu’il nous propose sont paroles de griots.

Nous apprenons l’histoire de l’ancêtre du grand Manding, celui qui par ses exploits, surpassa l’histoire du fils du Buffle, du fils du Lion : Soundjata, “l’homme aux noms multiples contre qui les sortilèges n’ont rien pu”.

Mon avis : ma mère étant malienne, cette histoire me touche tout particulièrement …

L’épopée de cet empereur aussi grand qu’Alexandre lui même me remplit de fierté.

PETIT BODIEL

écrit par Amadou Hampâté Bâ, Pocket – 6,30€

Petit Bodiel par Amadou H. BA

Il y a très longtemps, au pays des baobabs géants, vivait une colonie de lièvres appelée Famille Bodiel. C’est là que grandit Petit Bodiel, un vaurien sale, paresseux et gourmand qui ne pense qu’à regarder les jeunes filles lièvres quand elles se baignent toutes nues.

Mon avis : c’est un conte très mignon, tantôt sérieux, tantôt drôle avec une petite morale comme on les aime.

 

L’ENFANT NOIR

écrit par Camara Laye, Pocket – 4,30€

L'enfant noir par Camara Laye

L’enfant noir grandit dans un village de Haute-Guinée où le merveilleux côtoie quotidiennement la réalité. Son père, forgeron, travaille l’or au rythme de la harpe des griots et des incantations aux génies du feu et du vent. Respectée de tous, sa mère jouit de mystérieux pouvoirs sur les êtres et les choses. Elle sait détourner les sortilèges et tenir à l’écart les crocodiles du fleuve Niger. Aîné de la famille, le petit garçon est destiné à prendre la relève de son père à l’atelier et, surtout, à perpétuer l’esprit de sa caste au sein du village. Mais son puissant désir d’apprendre l’entraînera inéluctablement vers d’autres horizons, loin des traditions et des coutumes de son peuple…

Un livre intemporel qui s’est imposé comme un classique de notre temps.

Mon avis :  c’est le premier roman africain que j’ai lu, c’était au collège. C’est Ce bouquin qui m’a amené à la lecture. Le roman de Camara Laye est une délicieuse balade dans sa vie ponctuée de référence qui Nous parle : les rites , les traditions, les croyances. A lire à tout âge!

AMKOULLEL, L’ENFANT PEUL

écrit par Amadou Hampâté Bâ – 10,70€

Amkoullel, l'enfant peul Amadou Hampâté Bâ

Amkoullel, tel est le surnom que porte le jeune Hampâté Bâ quand, au début du XXe siècle, il s’initie aux traditions familiales séculaires. Fréquentant l’école française en même temps que la coranique, courant la savane alors que des proches partent pour une guerre que l’on dit mondiale, mais qui les concerne si peu, à l’écoute des grands maîtres de la parole, il devient lui-même, à son insu, un griot, garant et dépositaire d’une civilisation orale en pleine mutation. A la fois roman d’aventure, tableau de mœurs et fresque historique, ce livre restitue dans une langue savoureuse et limpide toutes les richesses, les couleurs et la vie du grand récit oral africain.

Mon avis : Encore une biographie, oui mais c’est celle du grand Amadou H. Bâ. Le sage nous livre ses mémoires avec une telle précision qu’on se  sent vite transporté à l’époque de la colonisation. Un très jolie “voyage” en perspective.

Nous avons tous un devoir de mémoire, le devoir de transmettre nos expériences, que celles ci soient positives ou négatives.
Alors Contons, Lisons!