En termes d’inspiration, l’entrepreneuriat est un domaine qui attire bon nombre de jeunes motivé(e)s, notamment sur le continent africain et prêt(e)s à tout pour démarrer un projet abouti auxquels ils ou elles croient. Malgré les embûches et les difficultés qui peuvent subsister, particulièrement pour les femmes (sexisme et préjugés pouvant souvent persister), les entrepreneurs africains, entrepreneures notamment, montent aujourd’hui.  

En 2015, le centre Global Entrepreneurship Monitor affirmait que 27% des femmes en Afrique subsaharienne avaient déjà créé leur entreprise, ce qui en ferait le taux le plus élevé au monde. Un chiffre positif, qu révèle les richesses existantes dans le continent et la volonté des femmes africaines à valoriser l’emploi et développer des projets innovants en Afrique mais également à l’international.

Portait de deux entrepreneures ambitieuses et aux idées innovantes.

Aïssata Diakité, fondatrice de Zabaan Holding: des jus de fruits naturels made in Mali

Aïssata Diakité

Aïssata Diakité

Entreprendre, c’est, entre autres, poser au départ le doigt sur un problème existant au sein d’un groupe ou d’une société et d’œuvrer en proposant une solution innovante pour pallier à ce problème et le régler.

Les richesses des fruits poussant au Mali sont peu exploitées et souvent gâchées, les fruits se gâtant sans possibilité de les réutiliser. C’est le constat d’Aïssata Diakité, jeune femme de 27 ans d’origine malienne et fondatrice de Zabaan Holding, société spécialisée dans la production de jus de fruits entièrement naturels produits au Mali, créée mi-2016. Mangue, goyave, hibiscus, baobab, nombreux sont les ingrédients naturels utilisés pour produire des jus qualitatifs à destination du marché malien et d’autres pays africains, mais également vers l’Europe et l’international.

La jeune femme a un CV bien rempli. Lauréate du programme Entrepreneurs en Afrique initié par le Ministère français des affaires étrangères, la force d’Aïssata Diakité réside dans ses nombreuses compétences dans le secteur agro-alimentaire et notamment dans l’agro-business, que l’on peut décrire comme « toutes les stratégies marketing communication et management que l’on applique aux produits issus de l’agriculture et de l’agroalimentaire. » Un domaine qui l’a toujours intéressée et dans lequel elle a choisi d’en tirer sa force et sa spécialisation. En effet, le secteur agro-alimentaire est aujourd’hui une véritable industrie que les grands groupes, notamment, exploitent à foison et parfois à tort. Nombreux sont les scandales alimentaires qui ont eu lieu, notamment dans le marché du « bio ».

Entre la France et le Mali, Aïssata entend bien faire le lien entre ces pays et les continents européen et africain dans son ensemble, en tirant parti des forces de chacune de ces deux entités pour pouvoir développer Zaaban Holding.

Magatte Wade, fondatrice d’Adina et de Tiossan: une success-story sénégalaise

Magatte Wade

Magatte Wade

Son nom vous dit peut-être quelque chose, car Magatte Wade a en effet réussi à se faire un nom à l’international depuis 2004, avec la création de l’entreprise Adina World Beat. D’origine sénégalaise, la dynamique entrepreneure propose en effet, au travers de sa start-up, une sélection de thés et de boissons traditionnelles de qualité, aux ingrédients issus de différents pays africains, comme la fleur d’hibiscus (pour le bissap). Les produits de la marque, vendus au départ dans des épiceries fines aux Etats-Unis, connaissent rapidement un grand succès.

Elle fonde par la suite, en 2011, la marque Tiossan, (« origine » en wolof, l’une des principales langues du Sénégal).

Destinée à un marché de luxe, la marque propose des produits cosmétiques à base de produits naturels, inspirés des recettes traditionnelles sénégalaises. Le slogan est d’ailleurs sans équivoque: « promouvoir le bien-être à la sénégalaise au travers des produits ». La force de l’entreprise réside en effet dans l’exploitation de la richesse des produits naturels issus du Sénégal, où sont fabriqués les différentes gammes de  produits Tiossan.

Véritablement engagée dans l’éducation des jeunes au pays, elle entend reverser au moins de 10% des profits de la marque en faveur du développement éducatif au Sénégal, notamment par la construction d’écoles, d’un pôle d’innovation et d’infrastructures modernes. Elle parcourt également de nombreux pays, notamment les Etats-Unis en donnant une série de conférences sur l’entrepreneuriat et

Gamme de produits de soin Tiossan - © Tiossan

Gamme de produits de soin Tiossan – © Tiossan

Ces courts portraits nous auront permis de faire un tour d’horizon sur les différentes facettes que peut revêtir l’entrepreneuriat féminin. Le continent africain a beaucoup à offrir et chaque pays possède de nombreuses ressources. Il n’est jamais trop tard pour se lancer, avec une bonne idée, quelques ressources et… beaucoup de travail.