Dans la catégorie de livres pour enfants, nous avons fait la rencontre de Alice Endamne qui écrit depuis quelques années. Mon oeil s’est posé sur son dernier ouvrage que je recommande vivement pour vos enfants.

Voici quelques semaines, est sorti aux éditions CreateSpace Independent Publishing Platform le livre  » Elle est comme ça Eyala Mba ». Ce livre qui  s’adresse aux enfants leur explique avec des mots simples comment une enfant espiègle et curieuse vit son quotidien.

Bonjour Alice, pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour. Alors, je suis originaire du Gabon. J’ai longtemps vécu en France et maintenant je vis aux Etats-Unis, plus particulièrement en Californie. Je suis mariée et j’ai deux filles.

Quel est votre parcours ?

En France, après un bac de langues (A2 à l’époque), je suis allée en fac d’anglais où j’ai obtenu une licence puis une maîtrise d’anglais, et enfin un DEA Connaissance des Sociétés Anglophones. J’ai également entamé un doctorat il y a plusieurs années mais j’ai abandonné quand j’ai compris que l’écriture (et non la vie académique) était ma véritable passion. Ensuite, une fois installée aux Etats-Unis, j’ai travaillé pendant plusieurs années en tant que rédactrice en chef de la revue littéraire Black Arts Quarterly. Maintenant, j’écris et je traduis. Je travaille à mon compte.

Alice EndamnePourquoi avoir choisi cette voie ?

Je ne pense pas avoir choisi l’écriture. Enfin, je ne me suis jamais dit que j’allais devenir écrivain. J’ai juste toujours aimé les histoires et j’ai commencé à en écrire quand je n’avais que 10 ans. Ce n’est qu’à la fin de la vingtaine que j’ai enfin accepté que c’est ce que j’aimais le plus. Quand j’écris, j’ai l’impression que tout est possible et que je peux refaire le monde, c’est très fort comme sentiment. Et puis j’ai énormément d’imagination, alors je m’amuse beaucoup à concocter des histoires.

 

Quels messages voulez-vous véhiculer à travers vos écrits ?

Avec C’est demain qu’on s’fait la malle, mon tout premier roman qui porte sur la relation entre une ado noire et un ado blanc dans le sud de la France à une époque où il y avait une forte vague de racisme, je pense que c’était surtout un message sur l’acceptation de l’autre : pas simplement tolérer l’autre, mais respecter sa différence et apprendre à l’apprécier. Garçons et filles (qui est la suite de C’est demain qu’on s’fait la malle) se concentre plus sur les premières amours de cette jeune femme mais aussi sur sa découverte d’un autre pays, en l’occurrence, les Etats-Unis. Dans Mal acquise (que j’ai publié sous le pseudonyme A. Nyin), il y a toujours le thème du multiculturalisme (qui me tient à cœur), mais c’est un drame psychologique cette fois (l’enlèvement d’un enfant) alors que les deux autres sont drôles.

Je ne sais pas trop si j’ai un seul message à véhiculer. Mais, en gros, j’aime explorer les thèmes qui me tiennent à cœur : la rencontre des cultures, la quête d’identité, l’amitié, l’amour, la famille. Et j’aime bien le faire avec humour, mais pas toujours.

 

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Pour mes livres pour enfants, c’est très facile : ce sont mes filles qui m’inspirent. J’ai inventé Super Ashley parce que lorsque je cherchais des livres pour mes filles, je n’en trouvais aucun avec des personnages qui leur ressemblaient (filles noires aux yeux marron et aux cheveux crépus) et qui faisaient des choses intéressantes. Je me suis donc dit que j’allais créer une série que j’aurais aimé trouver sur les étagères de ma bibliothèque municipale. Elle est comme ça, Eyala Mba m’est venu à l’esprit lorsque ma fille aînée m’avait confié qu’elle n’était pas satisfaite d’une note obtenue à l’école, alors que c’était une très bonne note, elle visait une note encore plus élevée ! Eyala, le personnage du livre, est une enfant très curieuse et pointilleuse qui pense toujours avoir raison, comme ma fille aînée l’était à cet âge-là, d’où les situations assez cocasses…

Pour mes romans, c’est autre chose. C’est un mélange d’expériences personnelles, d’observation et d’imagination.

Vous en êtes à votre 6ème ouvrage (si je ne trompe pas) quel est votre préféré ?

J’ai également un e-book disponible uniquement sur Kindle (amazon.fr) qui s’intitule
Ma plume me démange, donc en fait j’en suis à mon 7ème.  J’aime tous mes livres bien sûr, mais je pense que C’est demain qu’on s’fait la malle aura toujours une place spéciale dans mon cœur. C’est un livre que j’ai écrit d’une traite, en 9 mois, et qui se base beaucoup sur mon adolescence à Perpignan, dans le sud de la France. C’est le livre que j’aurais aimé lire à cet âge-là.

Quels sont vos écrivains favoris et pourquoi ?

Plutôt que des écrivains favoris, j’ai des romans favoris comme Eva Luna d’Isabel Allende, Ségou de Maryse Condé et The Joy of Motherhood de Buchi Emecheta (écrivain qui, malheureusement, vient de nous quitter). J’aime bien aussi certains livres de la romancière australienne Liane Moriarty et bien d’autres encore. Je lis des livres de tous les continents et je me rends compte que les êtres humains sont partout pareils : capables de choses merveilleuses comme des pires atrocités. Ce qui m’intéresse le plus c’est la psychologie humaine.

Avez-vous un message aux jeunes qui vous lisent?

N’ayez pas peur d’être vous-même. Mes parents que j’aime beaucoup m’ont toujours encouragée à devenir prof d’université (comme l’était mon père). Certes, j’aimais la connaissance et la recherche, mais je n’avais pas du tout envie d’enseigner, ça ne me disait rien. Pendant longtemps, j’ai mené un combat intérieur entre la peur de décevoir mes parents et le bonheur que je ressentais quand j’écrivais. Ça a pris du temps, mais j’ai fini par accepter ce que je voulais pour mon avenir et je n’ai aucun regret. Mon père m’a dit quelques années avant son décès qu’il était fier de moi et de mes écrits. Ça n’a pas de prix.

Mon avis

J’ai découvert le dernier livre de Alice à travers une amie. Je me le suis procuré via Amazon en moins de 48h.

Le livre broché peut plaire assez facilement aux enfants tout comme aux adultes. Son format le rend ergonomique, et donne une prise en main facile  pour les enfants.

L’histoire relatée est facile à lire et avant tout à comprendre. J’adore l’idée d’un nom typiquement gabonais, de ces petits récits qui me ramènent dans mon enfance. Les illustrations de Margaret Sey égayent ce récit qui a toutefois laissée sur ma faim. J’ai hâte de découvrir une suite!

Vous pouvez vous procurer l’ouvrage via:

: Elle est comme ça Eyala Mba

Vous pouvez également contacter Alice Endamne via Facebook et découvrir ses autres ouvrages

: Alice Endamne