La question est souvent posée? Quel rôle majeur a joué l’art dans la quête d’égalité et d’affirmation de l’identité noire dans l’Amérique pendant la ségrégation? Une exposition au musée du Quai Branly propose une rétrospective sur cette période sombre.

L’exposition, qui débutera le mois prochain, rend hommage aux artistes et penseurs afro-américains qui ont participé pendant plus d’un demi-siècle de lutte à gommer cette « ligne de couleur » discriminatoire.

L’abolition de l’esclavage a été déclarée en 1865, à la fin de la guerre de Sécession. Pourtant, la ligne de démarcation raciale va encore durablement marquer la société américaine. Ladite exposition revient sur cette période sombre des États-Unis à travers l’histoire culturelle des artistes noirs, jusque-là premières cibles de ces discriminations.

Ce sont près de 150 ans de production artistique dans les domaines de la peinture, sculpture, photographie, littérature, musique, danse, cinéma… qui vont témoigner de la richesse créative du mouvement contestataire noire.

Un parcours à faire pendant lequel on pourra découvrir des artistes connus ou moins connus, tels que Billie Holiday à travers son réquisitoire Strange Fruit, chanson parue en 1946 qui dénonce les neckties parties (pendaisons) qui avaient lieu dans le sud des États-Unis et auxquels les Blancs assistaient habillés sur leur 31 ; et entre autres Jacobs Laurens, Aaron Douglas, Ellen Gallagher, etc. Artistes à découvrir ou à redécouvrir.

Près de 600 œuvres qui témoignent de la ferveur de ces hommes et ces femmes qui ont lutté pour combattre la ségrégation apparue à la fin de l’esclavage. Ne nous focalisons pas sur les faits d’actualité récents, prenez plutôt le temps d’aller voir cette exposition afin de ne plus laisser apparaître dans votre quotidien une Color Line, ainsi que l’a désignée le leader noir Frederick Douglas.

Lieu : Musée du quai Branly, 75007 Paris
Date : du mardi  4 octobre 2016 au dimanche 15 janvier 2017

Commissaire de l’exposition : Daniel Soutif