Des études ont révélé qu’à tout juste un mois du premier tour de la présidentielle un  nombre important de français ne savent toujours pas pour qui voter. Pourquoi l’indécision et le vote blanc sont-ils en tête des sondages ? Les français sont-ils désorientés par toutes les affaires qui ébranlent la politique actuellement ?

Lorsqu’on interroge les français sur leurs intentions de vote nombreux sont ceux qui affirment ne toujours pas avoir pris leur décision. En effet de mémoire de citoyen, cela faisait très longtemps qu’une campagne présidentielle n’avait pas été aussi riche en rebondissement. Toutes les semaines une nouvelle affaire éclate, un nouveau scandale éclabousse un candidat.

Pour faire un récapitulatif de toutes ces histoires, il faut remonter il y a quelques mois.
Le 6 avril Emmanuel Macron, alors ministre de l’économie du gouvernement de François Hollande, annonce la création d’un nouveau mouvement politique baptisé ‘’ En marche ‘’. Un parti politique qu’il décrit comme ni à droite ni à gauche. Il renoncera à son poste au gouvernement quelque temps après pour annoncer sa candidature aux présidentielles.

Le 16 aout 2016 c’est Benoît Hamon l’ex ministre et député frondeur qui fait part de son ambition de devenir Président de la république en annonçant sa candidature à la primaire du PS pour 2017.

Le 20 Novembre, à la surprise générale Nicolas Sarkozy est écarté au premier tour de la primaire de droite avec 21% des voix, il se place loin derrière François Fillon (44%) et Alain Juppé (28%).
C’est la première fois sous la cinquième république qu’un ancien chef d’état est éliminé de la course à l’Elysée. Second tour des primaires de droite le 27 novembre François Fillon s’impose avec plus de 66% des votes. Avec un programme ‘’radical’’ notamment dans le domaine de l’économie.

1er décembre nouvel épisode du feuilleton présidentielle : François Hollande renonce à se présenter aux élections 2017. Conscient de son impopularité, il explique vouloir éviter une montée du Front National et une déroute de la gauche. Ici encore c’est la première fois sous la Vème République qu’un président en fonction ne briguera pas un second mandat.

Quelques jours plus tard, Manuel Valls premier ministre annonce sa candidature à la primaire PS et claque la porte de Matignon le lendemain. Ce sera finalement Benoît Hamon très peu attendu, qui sera le grand gagnant de ces primaires PS avec un programme résolument à gauche.

Le 24 Janvier, un scandale éclabousse François Fillon, le Canard enchaîné révèle que Pénélope Fillon son épouse, a été rémunérée pendant huit ans comme attachée parlementaire de son mari et de son suppléant. Une enquête judiciaire est ouverte pour des soupçons d’emploi fictifs.
Il est actuellement mis en examen pour détournement de fond publics, mais n’a pas souhaité retirer sa candidature à l’élection présidentielle.

Le 7 février sur LCI, la présidente du Front national Marine Le Pen affirme « se sentir parfaitement innocente ». En effet, elle est également accusée d’avoir employé son amie Catherine Griset en tant qu’assistante parlementaire à Bruxelles, alors que cette dernière travaillait pour le compte du Front national et non pour les institutions européennes.

Autant d’affaires qui rendent cette campagne présidentielle particulièrement mouvementée ce qui semble déstabiliser les français. Il apparaît aujourd’hui, qu’entre candidats hors jeu ou inattendus, méfiance et déceptions les électeurs ne savent plus sur quel pied danser.