Deux-mille-trente-huit athlètes représentant 205 fédérations nationales se sont inscrits pour prendre part aux seizièmes Championnats du monde d’athlétisme, prévus du 4 au 13 août au stade olympique de Londres. Plusieurs athlètes africains ont brillé au marathon et au sprint depuis le début de cette compétition.

Du Sud-Africain Wayde van Niekerk, à l’Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou en passant par le Kényan Geoffrey Kipkorir Kirui, ils ont brillé sans trembler. Les athlètes africains comptabilisent déjà plusieurs médailles. Sur 70 médailles, dix-huit sont africaines, dont sept en or.

Au classement par pays, deux pays africains occupent le top 3. En effet, le Kenya s’arrache la deuxième place, derrière le géant américain, avec 7 médailles au total (3 or, 1 en argent et 3 bronze). Sur la troisième marche du podium, l’Afrique du Sud. L’Ethiopie quant à elle est à la 6e place du podium avec ses 3 médailles (1 or, 2 argent).

Médaille d’argent pour l’Ivoirienne Ta Lou

Les images d’une Marie-Josée Ta Lou en larmes ont fait le tour du monde, l’été dernier. L’Ivoirienne avait frôlé le bronze olympique sur 100 mètres, en terminant à quelques millièmes de secondes de la Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce. L’Ivoirienne avait également fini au pied du podium sur 200 mètres, à Rio. la championne d’Afrique, a pris sa revanche à Londres en décrochant ce dimanche la médaille d’argent aux 200 mètres derrière l’Américaine Tori Bowie. La sprinteuse a terminé l’épreuve avec une tête et un centième de seconde derrière la nouvelle championne du monde.

Médaille de Bronze pour Caster Semenya

Depuis huit ans, la Sud-Africaine fait face à une polémique sur sa physiologie. La double championne olympique du 800 mètres est en effet accusée de produire un excès d’hormones mâles qui lui donne un trop grand avantage sur des concurrentes

La Sud-Africaine Caster Semenya s’est adjugée la médaille de bronze à l’issue d’un 1.500 mètres ébouriffant, remporté par la Kényane Faith Kipyegon, ce 7 août à Londres. La grande favorite et tenante du titre, l’Ethiopienne Genzebe Dibaba, est passée à côté de sa course. Faith Kipyegon est en effet devenue la première Kényane championne du monde de cette discipline.

Wayde Van Niekerk, médaillé d’or

Wayde Van Niekerk, champion du monde en 2015 et champion olympique à Rio en 2016, a réussi le doublé en remportant mardi le 400 m. avec une aisance qui laisse, plus que jamais, présager un long règne sur le tour de piste. Le recordman du monde en titre du 400 mètres peut désormais se concentrer sur le 200 m. dont la finale se joue jeudi, et réussir un doublé inédit.

Usain Bolt tire sa révérence

Bolt, vainqueur de 8 médailles d’or olympiques, de 11 titres mondiaux, et détenteurs des records du monde sur 100 et 200 mètres, a en effet annoncé que ces championnats du monde seraient sa dernière compétition. Il ne courra que le 100 mètres et le relais 4 x 100 mètres. Usain Bolt a remporté sa série du 100m sans impressionner vendredi soir dernier. Le Jamaïcain a fait un départ moyen, avant de rattraper son retard grâce à une accélération dont il a le secret.

Bolt et son héritage sont au centre de toutes les conversations autour de ces championnats, il n’est pas seulement un compétiteur, il est homme de spectacle qui stimule les foules tout autour de la planète, sur et en dehors de la piste.”