Les extensions de cheveux naturels font partie intégrante de la diversité de coiffures que l’on peut voir sur les femmes. L’utilisation s’est démocratisée avec le temps. Avec une demande en constante augmentation, les questions autour de la provenance des cheveux humains utilisés se posent de plus en plus. D’ailleurs, depuis le fameux film de Chris Rock Good Hair, les clientes cherchent à en savoir plus. Il est intéressant de voir où et comment ils atterrissement sur nos têtes. Dans cette première partie, on distinguera les différents types de qualité d’extensions, ainsi que les pays où les cheveux sont prélevés, fabriqués et traités.

LES TYPES D’EXTENSIONS

Les « Virgin Hair »

C’est la plus haute qualité de cheveux. Collectés à la main, sur de jeunes femmes avec des cheveux en bonne santé, sans fourches, ni casse ni cheveux gris. Ils sont recueillis auprès de donneurs aux longs cheveux vierges. C’est-à-dire que le cheveu n’a jamais été traité chimiquement (pas de permanente, pas de couleur, etc.). La qualité des extensions va varier en fonction de la manière dont les sociétés vont s’y prendre pour les traiter. Certaines sociétés vont utiliser des procédés agressifs et durs qui peuvent compromettre la qualité vierge d’origine afin de produire plus rapidement ; quand d’autres vont privilégier un processus écologique et doux afin de permettre au cheveu de se conserver jusqu’à deux ans.

Les « Remy Hair »

Le Remy Hair est un label de qualité. Le plus populaire et le plus connu pour son rapport qualité/prix. Ce cheveu est collecté soigneusement avec toutes les cuticules intactes et pointant dans la même direction afin que les brins ne s’emmêlent pas. Ce qui en fait un Remy n’est pas le pays d’origine mais bien le respect du processus de collecte et qu’ils soient 100% de la même longueur. S’il est traité correctement, il n’est pas censé s’emmêler ni s’abîmer et peut durer jusqu’à un an sans s’abîmer. Certaines sociétés ne respectant pas le traitement du cheveu se retrouvent avec des cuticules ruinées et le camouflent avec du silicone pour lui donner un aspect soyeux. Le problème est qu’après quelques lavages, le silicone disparaît et le cheveu s’emmêle. Une escroquerie malheureusement très répandue.

Les « non- Remy »

Remy hair cuticules extensions afro

Le sens des cuticules détermine si un cheveu est Remy ou non-Remy

Sans origine définie, ramassés sur les planchers de salons de coiffure, collectés par ci par là par des agents divers, ces cheveux présentent énormément de défauts avec des cuticules qui partent dans toutes les directions et donc des cheveux emmêlés impossibles à mater. Pour y remédier,  les fournisseurs de cheveux vont utiliser des produits chimiques pour enlever complètement les cuticules, puis appliquer une grande quantité de revêtement de silicone pour rendre les cheveux plus doux. Après un tel traitement, les extensions sont inutilisables et emmêlées au bout de seulement quelques lavages. De plus, sans cuticules, les cheveux sont totalement intolérants à la chaleur et aux colorations.

Les sources

L’Inde

Impossible de ne pas commencer par ce pays, car c’est le plus gros exportateur de cheveux naturels. La population hindoue est très croyante. Dans toute situation difficile, ils font appel à leurs divinités et les remercient avec des sacrifices, des dons et des offrandes. Chennai est la quatrième plus grande ville de l’Inde mais aussi l’un des principaux spots d’exportation du cheveu humain.  L’hindouisme est une religion parsemée de différents mythes et croyances au nom de la foi. Un de ces actes de dévotion est de sacrifier ses cheveux au nom de leurs divinités, c’est une pratique très ancienne qui dure depuis des siècles.

Vendus à des sociétés de différents lieux, les cheveux sont mis aux enchères et vendus au meilleur enchérisseur qui se présente sous la forme d’une chaîne d’achats composée de plusieurs intermédiaires, du principal acheteur à divers grossistes distributeurs.

extensions temple inde remy hair

Une des étapes de traitement des extensions avant le lavage est la vente aux enchères dans un  des principaux temples.

Il existe trois types de collectes de cheveux. C’est à cause de ces différentes collectes que la qualité et le traçage des cheveux diffèrent.

Les cheveux du temple
cheveux don temple inde extension remy hair

Famille indienne venue faire un don commun de leurs cheveux au temple.

Les cheveux du temple sont la source la plus abondante et la plus fiable. Chaque année, des milliers d’adorateurs font des pèlerinages aux temples où leurs cheveux sont coupés comme un acte de sacrifice, de dévouement et d’action de grâce. Une centaine de femmes et d’hommes coupent les cheveux qui sont correctement tressés avant leur coupure en prenant garde à conserver les cuticules. Grâce à cette coupe soigneusement orchestrée, les temples sont en mesure de vendre les cheveux à un prix plus élevé. Les temples les plus actifs peuvent en collecter jusqu’à une tonne chaque semaine, générant ainsi un revenu annuel de plusieurs millions d’euros.

Les cheveux de villageoises

Ces cheveux sont considérés comme inférieurs en qualité du fait qu’ils sont récupérés sur les peignes et brosses à cheveux. Il faut comprendre que le commerce très juteux des cheveux détenu en grande partie par les temples a engendré l’apparition sur le marché de filières d’approvisionnement parallèles, composées de petits exportateurs qui engagent des agents pour collecter les cheveux dans les villages. De ce fait, des comportements malhonnêtes, déviants et violents ont fait leur apparition. Par endroits, les agents proposent des sommes dérisoires aux maris et dans l’extrême obligent les femmes à se raser sous la menace.

Les ramasseurs de cheveux

C’est la qualité la plus basse. Une catégorie de « Hair Pickers » ou littéralement « ramasseurs de cheveux » sillonnent les salons de coiffure afin de ramasser les cheveux et les poils coupés, ou de les récupérer dans les poubelles des foyers domestiques. Il y a aussi les enfants (ou leurs parents) des bidonvilles qui coupent volontiers (ou pas) leurs cheveux en échange de petits cadeaux et de jouets. Ceux-ci sont utilisés la plupart du temps comme matériau de rembourrage, engrais ou une fois décomposés en composants chimiques (L.Cystéine) à des usages industriels allant de la nourriture aux produits pharmaceutiques (acides aminés), matériel de suture, en talismans protecteurs contre le mauvais œil et même des cordes.

L’Europe orientale

La demande d’extensions provenant des pays de l’Europe de l’est et des républiques eurasiatiques de l’ex-Union soviétique (Géorgie, Arménie, Biélorussie, Russie, Ukraine, Azerbaïdjan…) est élevée du fait de la rareté, de la texture fine et des couleurs comme le blond et autres tons clairs qui se prêtent plus facilement à la coloration et sont donc les plus chères du marché. Les agents se rendent dans les villages et récupèrent les cheveux naturels de femmes qui n’ont souvent pas d’autre alternative que de les vendre. Pourtant, 70% de ces cheveux proviennent de coupes de cheveux antécédantes à leur vente. C’est le résultat  d’une tradition chez les femmes russes et ukrainiennes qui coupent traditionnellement leurs cheveux après la naissance de leur premier enfant, et décident des années après de les vendre. Il n’est pas impossible que le crime organisé soit impliqué dans ce business. Suite à un incident arrivé il y a quelques années confrontant deux organismes collecteurs, le doute est permis.

La Chine

Il existe une grosse industrie de traitement des extensions en Chine. Plus particulièrement dans la ville de Gandgji. La Chine est le plus gros fabriquant et exportateur mondial de cheveux naturels et synthétiques. Les extensions peuvent aussi provenir d’Indonésie, de Malaisie ou du Vietnam. Malgré leur qualité exceptionnelle, ils restent rares du fait que les conditions de vie se sont améliorées et que les Chinoises n’éprouvent plus le besoin de les vendre. En conséquence, les rares cheveux qui atterrissement sur le marché atteignent souvent des prix astronomiques. Seule la région du Xinjiang reste un fournisseur de cheveux de qualité, non traités et longs. Il y a donc 80% de chance que les acheteurs se fournissent en Inde ou en Birmanie et traitent le cheveu localement. De plus, toutes les étapes de traitement du cheveu sont effectuées à des prix défiant toutes concurrences grâce à un coût de production bas et une main-d’œuvre pas chère. De ce fait, la Chine reçoit des cheveux venant du monde entier, ne serait-ce que pour simplement les assembler.

Le Brésil

Les cheveux brésiliens bénéficient d’un héritage génétique très varié allant de l’Europe à l’Afrique. Le brassage ethnique a donné lieu à trois catégories qui classent les cheveux du lisse au bouclé, les plus lisses venant d’une origine plus européenne et les plus bouclés d’une influence génétique plus afro-caribéenne. Les cheveux sont collectés dans les villages et proviennent de femmes de divers métissages. Mais ce cheveu reste en réalité rare et extrêmement cher, dû à une meilleure qualité de vie et donc du peu de besoin qu’ont les femmes de vendre leurs cheveux. De plus, le Brésil est aussi devenu un gros importateur de cheveux indiens, ce qui amène une grande confusion (et des arnaques) sur l’origine des cheveux brésiliens.

Ce qu’il faut savoir

Comme le prouve cette enquête de la BBC, certains fabricants mélangent les cheveux naturels ou Remy Hair avec des poils d’origine animale ou des cheveux synthétiques afin d’économiser sur la matière première.

Il existe des gens malhonnêtes et violents qui collectent de manière brutale les cheveux, ainsi que des parents cupides qui rasent de force la tête de leurs enfants pour l’argent. Mais ce comportement n’est pas la majorité de ce business. Avec au moins 30000 donateurs par jour dans les plus gros temples, il est possible de se dire que ces méthodes restent très minimes. Les Indiens étant très croyants, ils évitent les comportements qui pourraient fâcher leurs divinités.

Extensions Inde tonsurée fille cheveux sourire Natural hair

Deux petites filles heureuses et fraîchement tonsurées portant de nouveaux vêtements offerts par le temple.

Les « curly virgin hair » ou cheveux vierges bouclés sont une pure invention de fournisseurs. Afin d’obtenir des définitions de boucles, les cheveux sont permanentés, passés à la vapeur et traités afin d’obtenir cette définition.

Les cheveux vierges naturels ne peuvent pas être disponibles dans plusieurs couleurs, si c’est le cas c’est que ce ne sont PAS des virgin hair. Le cheveu doit être disponible dans la couleur d’origine du pays d’où il vient sans avoir été ni traité ni coloré.

Les cheveux vierges peuvent coûter jusqu’à 100 euros le paquet de 100 grammes de 12 pouces. Si le prix est trop bas, il ne s’agit PAS de cheveux vierges. La récolte de cheveux vierges est longue et laborieuse, ce qui explique les prix élevés.

Les cheveux péruviens ne sont pas du tout une invention des fournisseurs. Comme le prouvent les investigations faites par Julia Sherman dans son essai, She Goes Covered, les cheveux péruviens et paraguayens sont une source rare et extrêmement chère. La quantité est très limitée comme pour les autres pays fournisseurs en dehors de l’Inde et de la Chine. Afin de réduire les coûts, l’assemblage des extensions est confiée aux usines chinoises.

L’industrie des extensions est un segment d’importation varié et extrêmement complexe. Comme rappelé dans les précédents chapitres, les différents pays fournisseurs ne sont pas de faux labels, mais la rareté et la quantité limitée font que les plus belles extensions sont à des tarifs élevés et donc seule une frange de fournisseurs achètera et exportera à un niveau international. Pour des questions de rentabilité, la majorité des extensions vendues sur le marché sont donc indiennes ou chinoises. Seule une solide expérience peut contrer le nombre de variables qui entrent en compte afin de sélectionner les bons des mauvais ou les vrais des faux. À moins que vous soyez prêts à quitter le pays et à visiter l’usine pour vous assurer que les cheveux soient vierges vous n’êtes pas à l’abri de l’erreur ni de l’arnaque.

Documentation

Good Hair -Documentaire-

Just Extensions – Documentaire

She Goes Covered – Essai

Remi (Remy – deux orthographes sont utilisées) : la tête et la queue des cheveux est maintenue face à une direction unique. (La cuticule des cheveux vont dans la même direction.)

Non-Remi (Remy) : La tête et la queue des cheveux va dans tous les sens. (La cuticule des cheveux ne va pas dans la même direction, ce qui rend les cheveux plus sensibles aux nœuds.)

Cuticule : la cuticule, aussi appelée écorce, est l’enveloppe qui protège le cortex, la partie la plus résistante et élastique du cheveu. La cuticule est formée d’écailles. Horizontalement, les écailles de la cuticule sont reliées entre elles par des céramides, substances huileuses et précieuses, principalement constitués d’acides gras essentiels.