Nous ne pouvions pas finir le mois de février, le mois de la “Black History Month“, sans parler de l’importance du film noir et de son influence sur la culture. Oscar Micheaux, l’un des pionniers du cinéma américain, fut considéré comme le “père” des race movies au XXe siècle. Ses films furent conçus pour lutter contre les images malveillantes que l’on pouvait se faire de l’homme noir de l’époque.

Monsieur Sidney Poitier régna dans les années 1960. Il y eut l’ère de la Blaxploitation des années 70, puis le Black City Cinema des années 90, et il existe maintenant une résurgence actuelle des films noirs.

Comme le reste de la culture populaire, les acteurs noirs ont fait leur place (difficilement) dans les films. Bien qu’il existe une vaste liste de films noirs acclamés, nous avons choisi certains des films les plus inoubliables, à regarder sans modération, un hommage au Black City Cinema.

Black Mic Mac

Black Mic-Mac est un film français réalisé par Thomas Gilou et sorti en salles en avril 1986.

Michel Le Gorgues (Jacques Villeret), fonctionnaire de la prévention sanitaire, doit faire expulser d’un foyer insalubre 500 immigrés africains. Ces derniers décident alors de se cotiser pour faire venir d’un pays africain un marabout qui pourra influencer la décision du fonctionnaire. Dans l’avion pour Paris, un jeune Africain (Isaach de Bankolé) en profite pour se substituer au vieil homme.

 

Un prince à New York

Un prince à New York (Coming to America) est un film américain réalisé par John Landis, sorti en 1988.

À son 21e anniversaire, le Prince Akeem de Zamunda doit se marier à une femme qu’il n’a jamais vue auparavant, selon la tradition de la maison royale. Le prince décide de rompre avec la tradition et va chercher l’amour de sa vie aux États-Unis, où il fait croire qu’il est un homme pauvre…

Bal poussière

Bal Poussière est un film ivoirien de 1988 réalisé par Henri Duparc.

En Côte d’Ivoire dans un village. Un riche paysan qui se donne le nom de Demi-Dieu, car après Dieu, il est le maître du village, a cinq épouses. Il décide d’en prendre une sixième pour harmoniser la semaine: une femme pour chaque jour, et le Dimanche pour se reposer ou récompenser l’une des épouses. Mais la femme que choisit Demi-Dieu est une citadine, Binta. Celle-ci, très moderne, n’accepte pas la polygamie, ni la domination masculine. Entre elle et son époux, c’est le choc…

Do The Right Thing

Do the Right Thing est une comédie dramatique américaine réalisée, écrite et produite par Spike Lee en 1989.

A Brooklyn, au croisement de deux quartiers, c’est littéralement le jour le plus chaud de l’année. Cette chaleur estivale va bientôt cristalliser les tensions raciales entre noirs et blancs. Mookie, un jeune afro-américain, travaille comme livreur de pizzas pour les italos-américains Sal et Pino. Tout au long de la journée, alors qu’il livre le voisinage, il va se retrouver au centre de l’action, croisant toute une galerie de personnages : un handicapé vendant des photos de Martin Luther King; Radio Borjo, un voyou se baladant avec sa radio sur le bras; l’animateur d’une station radio locale ou encore un vieux chef de quartier alcoolique dont l’unique conseil est “fais la chose juste”. Une dispute entre Sal et Radio Borjo tourne bientôt en émeute…

New Jack City

New Jack City est un film américain réalisé par Mario Van Peebles en 1991.

En quelques années, Nino Brown s’est imposé comme le maître absolu d’un puissant gang de dealers à Harlem, les « Cash Money Brothers ». Violence et corruption sont ses armes de prédilection. Il contrôle et organise le marché du crack de New York, n’hésitant pas à chasser les habitants des immeubles pour les transformer en gigantesque laboratoires clandestins. Deux officiers de police, Scotty Appleton et Nick Peretti, unissent leurs efforts pour venir à bout de Nino et de son dangereux gang. Tous deux ont eu à souffrir personnellement de la drogue. L’un pour avoir été lui-même toxicomane, l’autre parce que sa mère a été assassinée par un drogué…

Boyz N the Hood

Boyz N the Hood est un film américain de John Singleton sorti en 1991.

Le passage de l’adolescence à l’âge adulte pour trois amis du ghetto South Central à Los Angeles : Tre, un brillant élève qui s’est fait renvoyer de son école pour avoir déclenché une bagarre ; Ricky, un athlète qui cherche à décrocher une bourse d’études pour une grande université, et son demi-frère Doughboy, plongé dans l’alcoolisme et la délinquance.

Boomerang

Boomerang est un film américain de Reginald Hudlin, sorti en 1992.

Marcus Graham est un séducteur à qui aucune femme ne semble résister. Aucune mise à part Jacqueline, son nouveau chef, et qui semble désespérément indifférente à ses charmes de Don Juan. Mais lorsque Marcus, en désespoir de cause, va se consoler auprès d’Angela, Jacqueline décide de le récupérer…

Menace II Society

Menace to Society (ou Menace II Society selon la graphie de l’affiche) est un film américain réalisé par Albert et Allen Hughes sorti en 1993.

L’histoire se passe un an après les émeutes du quartier afro-américain de Watts, en 1992. Caine et son ami O-Dog, deux jeunes Afro-américains, entrent dans une épicerie au coin d’une rue, tenu par des Coréens, pour acheter de la bière. La commerçante coréenne et son mari les observent de manière suspicieuse car O-Dog commence à boire la bière avant de l’avoir payée. O-Dog reproche violemment au couple d’être méfiant uniquement parce qu’ils sont deux noirs dans leur magasin. Caine’ et O-Dog paient leurs boissons et s’apprêtent à quitter les lieux, tout en étant agressif, lorsque le commerçant lance à l’attention de O-Dog un “Je plains ta mère”. Le jeune homme devient fou et l’abat avec son arme à feu. Puis il se rue sur la femme, lui extirpe la cassette de vidéo surveillance et l’abat à son tour avant de faire main basse sur la caisse du magasin. Caine, tétanisé par la scène, s’enfuit mais il est désormais complice d’un double meurtre et de vol à main armée… C’est le début de la lente et inexorable chute du jeune homme.

Friday

Friday est un film américain réalisé par F. Gary Gray, sorti en 1995. Le scénario a été écrit par le rappeur-acteur Ice Cube et par le producteur de hip-hop DJ Pooh.

Craig (Ice Cube) réussit à se faire virer pendant son jour de congé (bien qu’il prétende que ce ne soit pas sa faute). Il passe toutes ses journées avec son copain Smokey (Chris Tucker) et essaye d’éviter son père (John Witherspoon), qui veut qu’il trouve un autre emploi immédiatement. Smokey (dont le nom pourrait avoir quelque chose à voir avec son immense amour pour la marijuana) a des problèmes encore plus sérieux : Big Worm (Faizon Love) lui a donné 200 $ d’herbe à vendre, qu’il a fini par fumer. S’il ne parvient pas à retrouver cet argent avant la fin de la journée, il sera un homme mort (Craig aussi par la même occasion, car Smokey est son ami).

Soul Food

Soul Food est un film américain réalisé par George Tillman Jr. sorti en 1997.

C’est l’histoire d’une famille afro-américaine de trois filles avec différents caractères : Teri l’aînée, une avocate trop autoritaire qui souhaite que les choses se passent à sa manière, Maxine, la seconde une mère de famille sans histoires qui est parfois en confrontation avec Teri (le mari de Maxine étant l’ancien petit de Teri). Enfin, Bird, la plus jeune et la plus insouciante de toutes, qui a choisi d’épouser un ex-prisonnier.

Les trois femmes sont sous l’autorité de la matriarche Mama Joe qui a un attachement particulier pour son petit fils Jamal (le fils de Teri). Tous les mois (le dimanche), les filles et leurs familles se rassemblent pour partager le repas traditionnel (Soul Food) qui fait partie de la culture afro-américaine.

Si vous avez d’autres films à suggérer, n’hésitez pas à faire vos propositions.