Dans une tribune publiée dimanche dernier sur Le Monde, Louis-Georges Tin, président du CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires de France), appelait à débaptiser les collèges et lycées portant le nom de Colbert. Il accuse en effet les institutions de porter le nom de celui qui fut, avec le « Code Noir », l’un des législateurs de l’esclavage. Un crime contre l’humanité qui, pour rappel, a été condamné par la loi de Christiane Taubira , en 2001.

Qui est Colbert ?

Jean-Baptise Colbert

Jean-Baptiste COLBERT, 1619-1683, ministre sous Louis XIV

Jean-Baptiste Colbert (1619 – 1683) était l’un des principaux ministres de Louis XIV. Connu pour ses actions en faveur de l’indépendance économique de la France, il mit en place le mercantilisme, système économique permettant une industrialisation du pays, grâce à l’import-export de produits de bonne qualité.

Cependant, il est également connu pour être à l’initiative du Code Noir (promulgué par Louis XIV en 1685) : il s’agit de recueils de textes juridiques qui réglementaient la pratique de l’esclavage dans les colonies françaises. Ils déterminaient notamment le statut des esclaves, les relations entre maîtres et esclaves et réglementaient l’administration au sein de ces colonies françaises. Colbert était à l’origine du premier édit.

Pour beaucoup, baptiser une institution publique au nom de Colbert reviendrait donc à cautionner l’esclavage mis en place par la France et à l’initiative du politique, partisan de cette pratique.

Ne pas rester dans le déni

Louis-Georges Tin Aleeka Magazine

Louis-Georges Tin, président du CRAN

L’esclavage fait intimement partie de l’Histoire Française et supprimer tous les symboles qui y sont liés semble être une tâche compliquée. Mais, pour Louis-Georges il s’agit de ne pas rester dans le mépris et le déni, de faire « comme si le problème n’existait pas ».

L’idée de débaptiser les écoles Colbert ne date pas d’hier et a même séduit plusieurs villes, comme celle de Sablé-sur-Sarthe. En 2015, le maire décide de renommer le nom du lycée Colbert en lycée Raphaël Elizé, en référence à l’un des premiers maires métis de France métropolitaine, descendant d’esclave.

« Colbert n’est pas un personnage qui fait l’union. Il est à l’origine d’un crime contre l’humanité. Donc la question se pose : sommes-nous le pays des droits de l’Homme ou le pays des droits des esclavagistes ? (…) Pour beaucoup de descendants d’esclaves, cela constitue un crachat permanent. » Louis-Georges Tin

Ainsi,

Faut-il se mobiliser et appeler à débaptiser les écoles Colbert ? Quelle marge de manoeuvre pour modifier ou supprimer les signes encore visibles de l’esclavage en France ?

Comme pour le débat de la semaine dernière, nous attendons vos nombreuses réactions !