L’éclaircissement de la peau ou le blanchiment sont des pratiques très courantes non seulement en Afrique mais aussi en Amérique. Il faut reconnaître que cette méthode est aussi prisée en Asie et au Moyen-Orient, mais reste l’une des bêtes noires de notre continent (l’Afrique).

Pourtant interdites très récemment en Côte d’Ivoire, les crèmes et lotions pouvant causer de graves problèmes de santé n’ont pas dit leur dernier mot. Cette interdiction vise principalement les crèmes qui contiennent du mercure et ses dérivés, la cortisone, ou même l’hydroquinone, un agent éclaircissant souvent utilisé en photographie et le milieu industriel.

Récemment, le Docteur Doukouko, membre de l’autorité pharmaceutique ivoirienne a déclaré  » le nombre de personnes souffrant des effets secondaires provoqués par ces médicaments est très élevé  ». Triste réalité car l’on constate que l’Afrique est un des viviers du blanchiment avec une consommation accrue de produits par des femmes et même des hommes à présent. Vibz Kartel, chanteur de Reggae/Dancehall, aurait affirmé à ce sujet « c’est ma nouvelle image. Je me sens totalement à l’aise avec l’idée que les noirs puissent éclaircir leur peau. C’est un peu comme quand les blancs mettent de l’auto bronzant… »

Inquiétée par cette croissance,  une commission pour le bien être et la  santé a vu le jour très précisément en Côte d’Ivoire afin de constituer une veille sanitaire aux personnes concernées. En effet, les cas de cancers de la peau se sont accrus, mais surtout d’autres complications de santé comme l’hypertension artérielle et le diabète (souvent négligés mais pourtant considérés comme effets secondaires).
La Côte d’Ivoire est le premier pays d’Afrique noire à interdire et à prendre des mesures contre les-dits produits. Néanmoins, en Afrique du Sud, les produits contenants plus de 2% d’hydroquinone avaient été interdits depuis les années 90. En Union européenne l’interdiction est également en vigueur.

Une étude a révélé qu’un tiers des femmes ont eu recours ou utilisent des produits éclaircissant.
Ce phénomène traverse les frontières, les américains très friands de news aka  »kongossa » ont eux aussi dénoncé ces pratiques très prisées des stars hollywoodiennes.


Un phénomène pourtant controversé

Avec des noms comme  »So White »  »Crème miraculeuse » et j’en passe… les crèmes trouveront toujours le petit  »sobriquet » qui va attirer l’oeil de la consommatrice. Passer d’une teint noir ébène à une peau caramélisée au mieux blanche est le but essentiel que véhiculent ces produits. Les publicités et réclames ne manquent pas dans les pays émergents d’Afrique. Certains magazines en ont fait leur vitrine. Dans les marchés, et les boutiques ces produits représentent plus de la moitié des produits vendus. Au mieux, les vendeurs supposés être à la sauvette ne se cachent même pas plus.

Houmous Sangaré Blanchiment de la peau

La chanteuse Oumou Sangaré 

‘Il paraît que c’est mieux d’avoir une peau plus claire, les hommes préfèrent les claires, c’est pourquoi j’ai aussi sauté le pas » m’a sorti une amie d’enfance. Une autre l’a fait  »seulement pour son mariage’‘ depuis 8 ans de pratique et de mariage elle est claire et ses enfants aussi noirs que moi ah ah … Le plus épatant c’est que ce phénomène touche toutes les catégories sociales, de la femme émancipée à la jeune femme arrivant à peine  » à la capitale ».

Certaines femmes sont prêtes à tout faire pour s’éclaircir la peau. Mais d’où peut venir cet engouement ? Petit constat d’une autre amie, les trois quarts de nos présidents africains n’ont pas de femmes noir ébène. Ils sont avec des métisses ou des femmes originaire d’Europe. Ah ah , trop noire comme le charbon j’ai même entendu (me concernant). Pourquoi sous estimer ce capital, cette beauté naturelle que la nature nous a donné?

Nicki Minaj et le blanchiment de la peau
La chanteuse Nicky Minaj

Il faut croire que le dicton  »blackisbeautiful » n’est pas apprécié de toutes. La question à se poser est de savoir s’il s’agit d’une question d’un manque d’estime, ou d’un complexe d’infériorité?
Quand est il des sommes dépensées pour y arriver? Souffrir pour être belle si telle est l’ambition.

Produit éclaircissant
Panel de produits dans une boutique

Autrefois utilisées pour un usage thérapeutique prévu par exemple pour couvrir une cicatrice , la crème fait partie du quotidien. On peut la trouver sous plusieurs formes, gels crèmes, savonnettes… Le kwanza, ressal ou même soukissabango quelquesoit le nom donné en fonction des pays l’éclaircissement continue de faire des ravages.
Il n’est pas rare d’entendre un homme gabonais dire  » cette belle jeune fille avait un corps…et elle avait juste un teint.. » . A croire que l’attirance physique est instinctive et les femmes à la peau plus claire sont amenées à attirer davantage l’attention des hommes dans une société à la peau foncée, comme souvent en Afrique centrale. Cet intérêt ne doit pas être dû à une sorte de complexe et est souvent tout simplement la simple curiosité de l’autre.

Le blanchiment de la peau ne doit pas être automatiquement considéré comme un rejet pur et simple d’un individu de son origine. Si une femme sent qu’alléger sa couleur de peau la rendra plus jolie ou plus confiante, alors la société doit la laisser être et ne pas s’imposer comme juge sur sa conception de la beauté. Je ne me permet pas de juger je constate , et je tiens à le dire, il est grand temps que les africains acceptent les questions et les critiques sur leur façon d’être. Nous devons nous aimer tels que nous sommes, tout ceci est une question de confiance en soi, une estime de soi et de son identité.