Retrouvez toutes les sorties de la semaine du 08 février 2016 : Expositions, pièces de théâtre, concert, sorties cinématographique…

Angel Haze en concert

Angel Haze, Paris – La BellevilloiseJeudi 11 février 2016 à 19h30. P.A.F. : 20,80 €

On commence la semaine avec une excellente nouvelle sur le front du hip-hop : dans la foulée de la sortie de son Back To The Woods le mois dernier, Angel Haze annonce son retour dans la capitale !ANGEL-HAZE_IAU

Art'mature-IAUFestival Hip Hop Art’Mature

Festival Hip Hop Art’Mature, Issy les Moulineaux – Du 9 au 13 février 2016. Plus d’infos ici

Pour sa cinquième édition, le Festival Hip Hop Art’mature  souffle les bougies. Pour célébrer cet anniversaire le Festival  s’installe  sur la ville d’Issy-les-Moulineaux pendant toute une semaine entre le 9 et le 13 février 2015, pour le plus grand plaisir des amateurs et passionnés de Hip Hop. Au programme, l’ensemble des disciplines du Hip Hop seront représentées à travers divers évènements : expositionconférenceprojectionbattle et show-case. Une occasion de plus de découvrir ou re-découvrir la richesse et la diversité de cette culture, dans son esprit authentique et ses valeurs initiales : « Peace, Unity, Love and Having’fun » !

La Noire de-IAUProjection de « La noire de… » dans le cadre des « Sept semaines de la Liberté, Egalité, Fraternité » au forum de l’image

La noire de…, Paris  – Forum des images (2 rue du Cinéma, forum des halles). Samedi 13 février 2016. P.A.F : 4-6 €

A propos du film : Diouana, jeune femme sénégalaise engagée pour garder les enfants de coopérants français à Dakar, suit ses patrons sur la côte d’Azur où elle se trouve réduite àl’esclavage. Inspiré d’un fait divers réel, le premier film d’Ousmane Sembène, figure emblématique du cinéma africain, prix Jean Vigo 1966.

 

Afrofeminisme-IAUTable ronde sur l’afro-feminisme en France

Conférence sur l’afro-féminisme en France, Paris la Sorbonne – Organisée par l’ADEAS (l’Association des Étudiants Africains de la Sorbonne). Samedi 13 février 2016 à 14h00

C’est à partir des années 60 que nait au sein du mouvement féministe nord-américain, en plein cœur de l’Amérique ségrégationniste, le féminisme noir. Digne héritier du mouvement des droits civiques, l’afro-féminisme se caractérise par une approche intersectionnelle visant  à inclure les problématiques de race, de genre et de classe. En France, ce mouvement émerge dès les années 70, à travers l’initiative de femmes étudiantes et militantes issues de la diaspora africaine qui ont pour ambition de se réunir en vue de recréer une « identité noire ». Aujourd’hui, parler de sa pertinence en France revient à définir une ligne claire dans l’intemporel combat contre le racisme et la lutte pour l’égalité femme-homme : Dans quel contexte est apparu l’afro-féminisme en France? En quoi cette question est encore d’actualité ? Quelle est la place de ce mouvement aujourd’hui ?

 

Dear white people-IAUProjection de Dear White People dans le cadre des « Sept semaines de la Liberté, Egalité, Fraternité » au forum de l’image

Dear White People, Paris  – Forum des images (2 rue du Cinéma, forum des halles). Dimanche 14 février 2016. P.A.F : 4-6 €

A propos du film : Etudiante métisse à l’université, Samantha White anime une émission radio provocatrice et controversée appelée Dear White People, qui traque impitoyablement le comportement des blancs à l’égard des afro-américains du campus. Une comédie grinçante et drôle sur l’Amérique de la génération Obama.

Avec Tyler James Williams, Tessa Thompson

 

Dakar-66Exposition Dakar 66, Chronique d’un festival panafricain

Exposition au musée du quai Branly, Paris – Atelier Martine Aublet. Du 16 février au 15 mai 2016. P.A.F : 7-11 €

50 ans après le Premier Festival Mondial des Arts Nègres (FESMAN) qui a eu lieu à Dakar du 1″’ au 24 avril 1966 sous le patronage de l’UNESCO, le musée du quai Branly nous propose une immersion au cœur de ce Premier Festival Mondial des Arts Nègres, un événement sans précédent dans l’histoire culturelle africaine… De Duke Ellington à Joséphine Baker en passant par les Ballets nationaux du Tchad, Aimé Césaire, Wole Soyinka et Michel Leiris, les plus grands noms des scènes culturelles africaine et internationale s’étaient donnés rendez-vous à Dakar.