Cette jeune femme commence à faire parler d’elle et pas que. Halima Aden a un parcours atypique, bien loin de celui des autres miss du célèbre concours Miss USA. Les sélections de miss USA battent leur plein et c’est celui de miss Minesotta qui attire les plus grands tabloïds. La raison ? Une jeune femme de 19 ans nommée Halima Aden.

Née dans un camp de réfugiés au Kenya, Halima Aden aujourd’hui naturalisée américaine participe au concours pour combattre les préjugés bien qu’étant très belle. Placée demi finaliste dans le top 15, Halima Aden s’estime fière de représenter les femmes musulmanes.

Selon ses déclarations « Beaucoup de gens vont vous regarder et ne verront pas votre beauté parce que vous êtes couvert et ils n’y sont pas habitués. J’ai dû travailler dur afin que l’on m’accorde ma chance ». Elle utilise également sa plateforme pour combattre l’islamophobie.

« Les gens qui font de mauvaises choses, ils ne représentent pas un groupe entier », at-elle dit. « J’ai l’impression d’être ici pour bousculer ces idées fausses et stéréotypées sur les femmes musulmanes. »

Sur Twitter, elle a fait un buzz total suite à son défilé en hijab et burkini, tenue substituant le port du maillot de bain deux pièces des autres concurrentes.

Fin de clap. Halima n’a pas été retenue. Sa participation a démontré au monde sa force et son ambition, combattre les préjugés. Notons que la période ne s’y prêtait pas. Les USA sortait fraîchement de leurs dernières élections présidentielles, avec la victoire de Donald Trump qui avait fustigé les réfugiés et aussi la communauté musulmane.

Suite au concours, la gagnante du concours miss Minnesota est d’office présentée au concours miss USA, puis miss Univers (ancienne propriété de Donald Trump) ha ha me direz vous, elle n’avait aucune chance. Que nenni, cela n’arrêtera pas Halima Aden, qui a été victime d’insultes racistes et islamophobes.

A photo posted by Halima Aden 😎 (@kinglimaa) on

Halima Aden, ce nom et surtout ce visage ne sont pas prêts d’être oubliés. Elle n’a peut-être pas gagné cette fois, mais sa présence inspirante et révolutionnaire dans la compétition contribue à effacer nos normes et diktats  de beauté tout en déchirant les stéréotypes sur les immigrés, les réfugiés, les musulmans et autres communautés stigmatisées d’office.