Chaque année,  le 31 Octobre,  Halloween est célébrée dans de nombreuses régions du monde. Une célébration des pays anglo-saxons qui, au fil des années a gagné en popularité dans d’autres pays,  comme en France, mais aussi aux Antilles et même en Afrique.

Mais à quel point cette coutume est-elle adoptée de nos jours avec des déguisements et des confiseries ? Dans un premier temps, parlons de son origine.

L’origine d’Halloween

Bien qu’aujourd’hui nous l’appelons Halloween, cette fête provient d’un ancien festival celtique appelé  »Samhain », du vieux irlandais qui signifie  »fin de l’été ». Cette fête célébrait la fin de la saison des moissons et était considéré comme le nouvel an celtique.

Le Samhain est une nuit d’esprits dans laquelle, selon la croyance, les lois du temps et de l’espace sont temporairement suspendues, faisant disparaître la barrière entre les deux mondes: celle des vivants et celle des morts. De cette manière, les esprits,  bons ou mauvais, pouvaient franchir cette barrière la nuit, ce qui permettait de communiquer avec ceux qui étaient déjà décédés.

Au 19ème siècle, cette fête fait son apparition aux Etats-Unis. Elle gagne en popularité à la fin des années 70 et acquiert une renommée internationale après la sortie du film  »Halloween ».

L’Halloween que nous connaissons aujourd’hui est le résultat de cette évolution et est actuellement célébrée en Europe, aux Etats-Unis et maintenant dans certaines villes africaines.

Adopter Halloween, quel impact sur la société ?

Au fil des années, nous avons lu de nombreuses théories sur les raisons pour lesquelles nous ne devrions pas adopter Halloween comme fête, car cela signifierait ouvrir la porte aux êtres pervers. Mais en réalité, ceux qui attendent et la célèbrent avec enthousiasme sont les enfants.

Je suis quasi certaine qu’ils ne le font pas avec des intentions sombres, mais  avec  l’innocence et l’amusement qu’ils mettent dans cette activité qu’ils exécutent.

Quels seraient donc les points positifs et négatifs de cette fête sur nos proches et la société ? Devons-nous célébrer les morts ou les esprits parce que cette fête  »marketing » nous invite  à le faire ?

Comme nos précédents débats, nous attendons vos réactions !