La couleur de la victoire titré Race aux USA sort en salle le 27 juillet prochain. A l’orée de l’ouverture des jeux olympiques 2016 à Rio, ce biopic retrace l’histoire du sprinter, réussissant à mettre à mal les plans de l’Allemagne nazie en 1936.

Quatre-vingts ans se sont écoulés depuis que Jesse Owens a remporté un record de quatre médailles d’or aux Jeux Olympiques de Berlin en 1936. Victoires qui ont également prouvé une riposte propre à l’idéologie aryenne.

 

La couleur de la victoire

La couleur de la victoire s’appuie sur la période cruciale 1934-1936. Une période pendant laquelle Jesse Owens (joué par Stephan James) perce dans sa catégorie de champion du monde sous la tutelle de l’entraîneur Larry Snyder (Sudeikis).

Ce film débute avec l’admission de Jesse Owens à Ohio State University. Il sera confronté au racisme et à l’idéologie Hitlérienne. Entre-temps, le film inclus une parenthèse sentimentale avec la rencontre du jeune athlète et sa fiancée (qui sera sa femme pour les 45 années qui suivront).

Le biopic est une bonne reprise de l’histoire même du champion. Il s’intéresse aussi bien aux querelles entre dirigeants du comité olympique américain quant à savoir s’il devrait y avoir une participation aux jeux  »olympiques nazis » et la ferme détermination du champion.

Entre combattre le racisme, le nazisme et garder sa place de champion, Jesse Owens a marqué l’histoire du sport.

Race

Ce film rend hommage à un homme qui 80 ans après ses exploits est toujours en tête dans les annales sportifs.