La série de portraits effectuée par le photographe sud-africain Justin Dingwall  explore l’esthétique de l’albinisme et les perceptions de la beauté.

L’albinisme est une maladie héréditaire qui se traduit par l’absence ou quasi-absence, de la pigmentation dans la peau, les yeux et les cheveux (un déficit de production de mélanine). Ce manque de mélanine peut provoquer de nombreuses maladies de la peau, car celle-ci est très sensible aux rayons du soleil.

Beaucoup de personnes vivant avec l’albinisme sont soumises à une vision négative de l’autre, la persécution et aussi la violence. Nombres d’entre elles surtout en Afrique sont victimes de crimes rituels. « Dans les pays africains, les personnes atteintes d’albinisme sont particulièrement victimes de discrimination et d’ostracisme en raison de leur couleur de peau (ainsi que dans d’autres parties du monde)», explique Dingwall. En Afrique, certaine population pense que les personnes atteintes d’albinisme possèdent des pouvoirs mystiques, qui peuvent guérir des maladies et apporter la prospérité, et cela se traduit par la mort ou la mutilation d’un grand nombre. En Tanzanie, par exemple, il arrive que les personnes atteintes d’albinisme sont chassés par les marabouts ou sorciers pour leurs organes et leur sang. De nombreuses ethnies, et les sorciers encore très présents dans de nombreux villages, pensent que le sang ou les organes des albinos ont des propriéts magiques et curatives.

La Tanzanie est le pays ayant le plus grand nombre d’Albinos. Elle est supérieure de 15% à celle du reste du monde. Il est difficile de connaitre les raisons de ce phénomène mais cela pourrait être dû à de la consanguinité et au patrimoine génétique transmis par les européens qui ont investi cette zone au moment de la colonisation du continent.

Le projet de Dingwall

Le projet de Dingwall a commencé avec des portraits de Thando Hopa. Diplômée de droit, elle travaille comme procureur à la cour de Johannesburg. Elle utilise sa visibilité pour répondre aux perceptions négatives quant à l’albinisme. Hopa est devenue sa muse. Ensemble, ils élaborent un projet : Albus. C’est un projet collaboratif entre le photographe Justin Dingwall et Thando Hopa, modèle et avocate. Il explore l’esthétique de l’albinisme en contraste avec une perception idéalisée de la beauté.

Des travaux plus récents exposent Sanele Xaba, un jeune modèle albinos, et utilise des éléments spécifiques pour créer des significations symboliques. Le modèle et nageur basé à Cape Town est déjà paru dans les magazines comme GQ ou encore Marie-Claire et est considéré par beaucoup comme le premeir modèle masculin albinos en Afrique.

Justin Dingwall déclare « Je voulais créer une série d’images qui résonnent avec l’humanité et font que les gens se demandent ce qui est beau ». «Pour moi, la diversité est ce qui rend l’humanité intéressante et belle. »