«Ma chérie, quand me présenteras-tu enfin ton fiancé» ou encore « Je te sais occupée, mais fais au moins un enfant et je m’en occuperai ».

Si l’on doit citer toutes les phrases que les catherinettes* ont pour habitude d’entendre, on pourrait remplir un bouquin tant l’entourage sait faire preuve d’imagination pour te faire prendre conscience de ton « retard »…

Et pourtant…

Durant les années primaires et collège, les parents n’ont cessé de rappeler que seules les études comptaient. En somme qu’il fallait en faire une priorité, et que celles-ci sont la clé de l’épanouissement véritable. Ainsi, lorsque les parents surprennent leur fille dans la cité, en compagnie masculine, cette dernière se fait inévitablement grondée et recadrée. Puis arrive la période du lycée, elle est plus grande, à même de comprendre les choses de la vie d’autant plus qu’elle a sûrement eu ses premières menstrues et il faut tout faire pour éviter des grossesses précoces. S’ensuit l’université et autre études supérieures. Finalement, te voilà maintenant diplômée, prête à affronter le monde du travail et faisant la fierté de tes parents. Du moins partiellement…

Le mariage, la plus grande fierté des parents ?

Indépendante sur tous les plans, les parents font de ta réussite professionnelle un exemple tant auprès des membres de la famille que de leurs amis. Puis, les années passent, et tu te rapproches dangereusement de la trentaine. Et là, tu découvres une nouvelle facette de tes parents et de ton entourage. Eh oui ! Dans nos sociétés, particulièrement la société africaine, être une femme, indépendante, c’est bien mais être une femme indépendante et Mariée, c’est encore mieux.

En effet, nous avons généralement toutes été éduqué avec l’entendement selon lequel le rôle d’une femme est d’être mariée, faire des enfants et de s’occuper de son foyer. Telle est la définition d’une véritable femme africaine. Ainsi lorsque tes parents reviennent du mariage d’une de tes amies ou d’un membre de la famille appartenant à la même tranche d’âge que toi, ils espèrent ardemment que le prochain mariage sera le tien…mais depuis rien.

Peux-tu alors nous expliquer  les raisons pour lesquelles tu n’es toujours pas mariée? Surtout que tu te rapproches des 30 ans, il ne te reste pas beaucoup de temps ma jolie paraît-il…

Lorsque franchir le cap de la trentaine est synonyme de crainte…

30 ans…brrr. Rien qu’à entendre ce nombre, les femmes ont la chair de poule. Ne me demandez pas pourquoi…et puis pourquoi pas ? Quelles seraient donc les raisons pour lesquelles cet âge donne des sueurs froides à des femmes célibataires, fortes et indépendantes ?
Sur le plan médical, les probabilités de concevoir un enfant chutent significativement de 30 ans jusqu’à l’approche de la quarantaine.Il est donc conseillé à la femme de ne pas attendre davantage avant de concevoir, surtout si elle désire avoir une grande descendance. Ainsi pour des femmes désirant des enfants, cet âge est un moment déterminant.

Cependant, il ne faut pas oublier que la médecine ne cesse d’évoluer et de sécuriser encore plus les accouchements tardifs.

Prenons par exemple le cas de l’artiste Janet JACKSON, qui a mis au monde son premier enfant et ce à 50 ans ! Oui, 50 ans. Il est  toutefois nécessaire de noter que ce type de grossesses dites à gros risques doit être très bien suivi sur le plan médical. Cette crainte serait-elle principalement alors le fait de la société et de la famille ?
Avant toute chose il est important de préciser que chaque famille est différente et que ces écrits ne prétendent aucunement refléter la réalité de toutes les familles africaines.

Au Niger, par exemple, 75% des jeunes filles de 20-24 ans sont déjà mariées. Y avoir 25 ans et être célibataire est perçu comme un déshonneur pour ta famille qui te le fait bien comprendre au quotidien. Alors à 30 ans, nous préférons ne pas y penser. De manière générale, l’on se rend compte qu’à l’approche de la trentaine, la plupart des personnes composant notre entourage est soit mariée ou en concubinage, soit en couple ou a déjà des enfants.

Ces différentes situations engendrent de manière consciente ou/et inconsciente une pression sur la jeune adulte qui aimerait évidemment rentrer dans les cases prédéfinies de sa société et ne plus être considérée comme le vilain petit canard.

Conséquence inévitable sur la confiance et l’estime de soi

A bien y réfléchir, le poids que porte la femme africaine sur ses épaules est assez lourd. Une femme célibataire est toujours montrée du doigt, son statut relèverait pour certains du spirituel. Pour d’autres elle aurait juste besoin d’un coup de pouce ce qui explique les rendez-vous arrangés et ce parfois à son insu! Un homme célibataire lui, a, dit-on, tout le temps.

Cependant, avons-nous réellement besoin que l’on nous rappelle fréquemment que nous sommes célibataires ? N’en sommes-nous pas pleinement conscientes ? De plus en plus de femmes, africaines, font le choix d’être célibataires et/ou de ne pas avoir d’enfants. Choix personnel et à respecter. Quid, de celles qui le sont ,non pas par choix ?A croire que toute la société s’arrange pour faire de ce statut une tare.

Finalement la femme célibataire s’éloigne de son entourage et de tous les membres de sa famille lui rappelant son statut. Elle se replie sur elle-même et perd sa confiance en elle. Son discernement peut lui aussi être vicié et l’amener à se mettre en couple juste pour prouver qu’elle est aussi capable de fonder une famille.

Elle se retrouve ainsi à rabaisser ses standards de sorte à ne plus être seule. Certaines se retrouvent pour se faire dans des relations étouffantes, destructrices, préférant ceci au « déshonneur » de leur famille. Ces situations valent-elles la peine d’être endurées pour une question d’âge dit “dépassé” ?
Le mariage c’est pour l’éternité ma belle. Le bonheur ne se limite ni au mariage ni à un âge. Avoir un homme dans ta vie, oui mais ce dernier est sensé participer à ton bonheur et non en être l’acteur principal. Le bonheur tu l’as en toi, célibataire ou non et personne ne doit te convaincre du contraire.

Pour notre part nous attendons impatiemment de te voir très bientôt, belle et épanouie, soufflant ta prochaine 30ème bougie accompagnée ou pas, et prête à recevoir tout ce que la vie à offrir.

*catherinette: femme célibataire de 25 ans et plus